L’art à la portée de tous

Image: 
Concordia Art Hive

By Catherine Martellini Collaboration spéciale. 

Le Devior.
18 mai 2019

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Si les bibliothèques sont des lieux de diffusion de la culture, les Ruches d’art, soit des ateliers artistiques communautaires ouverts à tous, entendent devenir des lieux de création culturelle aussi répandus. L’atelier « Les Ruches d’art : inclusion sociale par les arts », donné le 6 juin prochain, souhaite démocratiser la création d’une telle initiative inclusive dans son quartier.

La première ruche d’art a été créée à Montréal en 2011 dans le quartier Saint-Henri par Janis Timm-Bottos, professeure à l’Université Concordia en thérapie par les arts. Un concept qu’elle a élaboré pour des personnes marginalisées dans une communauté du Nouveau-Mexique, aux États-Unis, où elle a vécu.

« L’idée était d’en faire un modèle exportable et adaptable à divers contextes et à des personnes de tous les horizons », explique Rachel Chainey, coordonnatrice nationale du Réseau des Ruches d’art de l’Université Concordia, qui animera l’atelier pratique offert le 6 juin prochain.

Il existe jusqu’à ce jour 165 Ruches d’art, dont les trois quarts se trouvent au Québec, en Ontario, dans les Maritimes et au nord-est des États-Unis. Montréal en compte à elle seule 40.

Ces Ruches d’art peuvent naître dans un lieu où la personne instigatrice du projet travaille ou qu’elle fréquente comme membre de la communauté, comme un musée ou une résidence pour personnes âgées, ou encore dans un parc de quartier ou une ruelle, lorsque c’est une initiative d’un groupe de citoyens.

« C’est à ceux qui souhaitent mettre sur pied une ruche de trouver le lieu, souligne-t-elle. Notre réseau leur offre toutefois une approche guidée, des outils, des séances d’information, de même que les matériaux, pour les Ruches qui sont à Montréal. »

En effet, l’Université Concordia a créé un centre de récupération créative qui accueille tous les matériaux utilisables rejetés par l’établissement — pinceaux, textile, peinture, crayons, tableaux, cartons, etc. Les Ruches d’art peuvent se servir, mais également le grand public. Un centre de collecte de matériaux a aussi été ouvert à Saint-Henri en raison de la trop grande quantité de dons. « Ça ajoute un volet environnemental et d’économie sociale intéressant au projet », soutient Rachel Chainey, qui est devenue art-thérapeute après avoir suivi le programme à Concordia.

Nul besoin d’être un artiste professionnel pour créer sa ruche. « Il faut connaître le milieu artistique, c’est-à-dire avoir des connaissances générales en art et connaître ses différentes modalités d’expression, mentionne-t-elle. Il faut aussi détenir quelques outils d’intervention. »

Comme c’est un milieu ouvert à tous, il faut ainsi savoir répondre à certaines situations qui peuvent survenir, comme des conflits liés à la dynamique de groupe, des enjeux de santé mentale, etc. « Il peut s’agir d’un art-thérapeute, dont la formation combine ces deux aspects, mais également d’un artiste jumelé avec un travailleur social. »

Si les ateliers sont thérapeutiques, ce ne sont pas des thérapies cliniques, prévient-elle. « Les Ruches s’en inspirent seulement, mais ne proposent pas de plan de traitement ni de suivi individuel. »

Une problématique personnelle n’est pas requise, donc, pour participer. « L’approche mise sur les forces de chacun, sur ce qu’une personne peut partager avec les autres, explique-t-elle. Elle vise à créer un sentiment d’appartenance, d’expression, comme réponse à une quête de sens. »

Selon l’emplacement des Ruches, elles attirent autant les familles — particulièrement celles organisées dans des bibliothèques, des parcs, des musées et des logements sociaux — que les étudiants universitaires et les personnes âgées. « C’est l’un des buts recherchés : créer un lieu de rencontre multigénérationnel. »

Le symposium Les Ruches d’art aura lieu les 31 mai et 1er juin prochains.

https://www.ledevoir.com/culture/554427/l-art-a-la-portee-de-tous?fbclid=IwAR3ic9STLYyTB3f1v0HDIFuXw-ig1eium1ZaVJuKEgtIbmFF8WZuMQv7i9E

Website designed and maintained by Percolab