Retour sur le Forum Ouvert des Ruches d'Art, 11 mai 2018

Image: 

Par Nelly Daou, Consultante en Communications, Réseau des Ruches d'Art & Fondatrice, La Ruche d'Art Yéléma

Que se passe-t-il quand une trentaine d’abeilles se rencontre pour mettre leurs différentes saveurs de miel en commun au sein même d’une de leurs ruches ? La réponse se résumerait en un mot : synergie.

En avril dernier, une nouvelle subvention a permis à la maison des ruches d’art d’élargir son équipe de travail afin de mieux supporter le développement exponentiel du réseau, soutenir les différentes ruches existantes dans leur mission, et renforcer l’échange de savoir-faire entre les facilitateurs/trices sur le terrain. 

La première action collective de l’ équipe a été d’inviter les aspirants créateurs/trices et les facilitateurs/trices des ruches d’art à se réunir lors d’un forum ouvert pour partager leurs défis et solutions pour pérenniser leur activités. La ruche d’art du Musée des Beaux-Arts – qui ne désemplit pas de participant.es depuis sa création - a été choisie pour cette expérience d’intelligence collective hors du commun.

Un premier forum ouvert semi-annuel ? Pourquoi ?

L’équipe a pensé ce forum au regard d’un enjeu largement partagé au sein du réseau : la question de la pérennisation des ruches. Celle-ci renvoie inéluctablement à la question de l’accès aux ressources nécessaires pour faire vivre les ruches dans la durée.

Afin de traiter cette question tout en s’appuyant sur l’approche participative qui sous-tend toutes les activités des ruches, la rencontre avait pour principaux objectifs: 

  • cartographier les principaux besoins des ruches pour assurer leur pérennité
  • répertorier les ressources et talents existants dans le réseau qui en font sa richesse et qui pourraient être mis en commun
  • amener les participant.e.s à voter pour les priorités qui guideraient le travail de l’équipe de la maison des ruches dans les prochains mois.  

Une demie journée de tempête d’idées

Une première activité créative a permis d’amener chaque participant.e à noter sur des post-it à la fois un besoin et une force qu’il voudrait mettre au service du réseau. Afin de répertorier les réponses, l’équipe avait choisi de classer les collants porteurs de réponses en trois volets : ‘’formation’’, ‘’communication’’ et ‘’évaluation des impacts’’. Après quelques minutes, l’équipe fut agréablement surprise d’observer à quelle vitesse le mur se remplissait de post-it colorés. Que de ressources au sein du réseau !

Suite à cet inventaire en couleurs, les participants ont été invités à approfondir la question large de la pérennisation des ruches à partir des sous thèmes suivants:

  • l’amélioration de la formation des facilitateurs/trices
  • les stratégies de communication à développer pour valoriser le réseau et chacun des projets qui en font partie
  • les modalités d’évaluation des impacts des ruches sur les individus et communautés.

Trois sous-groupes ont travaillé chacun de ces thèmes et ont restitué leurs conclusions à l’assemblée plénière. Puis, chaque participant.e a été amené à voter pour les suggestions/besoins qui lui semblait prioritaire dans chacun des volets. 

Suite à cette mise en commun des idées, les participant.es ont été invités à partager un repas constitué de mets apportés par chacun.e ainsi qu’un moment de création à partir des matériaux disponibles dans la ruche. Une rencontre inter-ruches ne pourrait se concevoir sans un temps dédié à l’expression artistique  !

Les priorités de travail votées par les participant.es

Il ressort de la consultation les priorités suivantes :

Dans le volet communication, voici la liste des priorités qui sont ressorties :

  • La nécessité de créer des vidéos valorisant ce qui se vit dans les ruches
  • L’importance de bâtir en interne des outils et stratégies de communication
  • La nécessité de réfléchir collectivement à de courts ‘’elevator pitches’’ pour décrire efficacement les ruches

Dans le volet formation, les priorités suivantes sont ressorties :

  • L’mportance d’avoir une formation sur les différents types de structures organisationnelles envisageables pour supporter la mission des ruches
  • La pertinence de la création d’un manuel d’accueil et d’intégration des bénévoles
  • L’importance de trouver des moyens de former et assurer la rétention des bénévoles

 

Dans le volet ‘’Évaluation de l’impact des ruches’’ sur le terrain, les priorités suivantes sont ressorties :

  • L’importance de trouver comment diversifier et d’augmenter le nombre de personnes rejointes par le réseau (qui sont les individus ou groupes absents de la table ? comment les mobiliser ?)
  • La nécessité de créer des outils créatifs pour évaluer l’impact des ruches sur les individus et les communautés (comment recueillir des témoignages de participant.es ? comptabiliser les présences ? mettre en valeur les créations ? créer des livres d’or avec des co-créations ?)
  • La nécessité d’adapter les horaires et la programmation des ruches pour rencontrer les besoins particuliers de certains groupes

Bilan

Au terme de cette demie journée à la fois, productive, créative et chaleureuse, les participant.e.s ont partagé la gratitude qu’ils/elles ressentent de faire partie d’un réseau qui place l’humain et la co-création au cœurde ses préoccupations.

Grâce à la richesse des idées émises et l’abondance des talents que chacun.e était prête à partager avec le groupe, la nouvelle équipe de travail du Réseau des Ruches d'Art est repartie avec une motivation encore plus forte de soutenir et valoriser ce réseau d’acteurs/trices engagé.es à faire de la pratique de l’art un outil d’inclusion.

Une première rencontre/atelier de formation en réponse aux besoins exprimés lors du forum aura lieu le vendredi 24 août à la Ruche d'Art de l'Université Concordia:

https://www.facebook.com/events/271523196951870/

 

 

 

 

Website designed and maintained by Percolab